Category Archives: Mémoire

Les jeux de mémoire pour seniors

À tout âge, la mémoire peut nous jouer des petits tours. Mais plus le temps passe, et plus cela se fait sentir. Ne plus se souvenir d’un numéro de téléphone, oublier où sont ses lunettes ou ne plus savoir si on a bien fermé la porte à clé… Ce sont autant de choses qui peuvent arriver de plus en plus souvent. Mais pour pallier a ces petits oublis, de nombreux jeux intellectuels existent. Ainsi, nous vous avons préparé une liste des jeux les plus intéressants et les plus stimulants adaptés aux seniors.

Les jeux de lettres et de chiffres

Pas besoin de se rendre sur un plateau de télévision pour jouer avec des chiffres et des lettres. En effet, il existe un grand nombre de petits jeux de réflexion et de concentration qui stimulent le raisonnement, la logique ainsi que la déduction, comme le scrabble, les mots fléchés ou croisés, le sudoku, etc. Ils proposent tous différents niveaux de difficulté, allant de facile à très difficile, pour que tout le monde puisse s’entraîner.

Les jeux de mémoire visuelle

Dans cette catégorie de jeux, on retrouve d’abord le Memory, certainement le plus célèbre des jeux de mémoire, qui plaît aussi bien aux petits qu’aux grands. C’est d’ailleurs un jeu qui se prête très bien aux rencontres intergénérationnelles. Excellent exercice pour faire travailler sa mémoire, le but est de retrouver les paires de cartes qui sont disposées sur la table, face cachée. Chacun à leur tour, les joueurs doivent retourner deux cartes en essayant de se souvenir d’où elles sont placées pour les tours suivants.

Le Timeline est un autre jeu qui stimule la mémoire visuelle et qui fait travailler en même temps les connaissances personnelles et la déduction. Les joueurs reçoivent tous le même nombre de cartes qui représentent des découvertes et le but est de former une ligne en classant les cartes par ordre chronologique, selon le déroulement réel de l’histoire. Il existe différents thèmes comme les sports et loisirs, les sciences et explorations, les événements, etc.

Les jeux de mémoire auditive

Le premier et le plus célèbre des jeux permettant de stimuler la mémoire auditive est le jeu du Simon. C’est un jeu de société électronique qui se présente sous forme circulaire et qui est composé de quatre touches de couleurs différentes, à savoir rouge, bleu, jaune et vert. Ces touches produisent des sons tout en s’allumant de manière aléatoire. Le but est que, chacun leur tour, les joueurs tentent de reproduire la suite sonore et lumineuse qui leur a été présentée.

Le loto sonore est lui aussi un jeu de mémoire auditive intéressant et très facile à mettre en place. Il suffit aux joueurs d’écouter des sons sur un ordinateur, sur un CD ou tout autre appareil et de l’associer avec une des images présentes sur la table.

Les jeux de la mémoire tactile

Le Memory se décline aussi en version tactile et, cette fois-ci, les joueurs doivent retrouver en les deux objets identiques disposés sur la table en les touchant, à l’aveugle.

Dans un genre similaire, il existe aussi le jeu appelé Trapenum. Les objets sont disposés dans un coffre qui s’ouvre sur les quatre côtés, les joueurs doivent là aussi retrouver les paires, mais, évidemment, sans regarder à l’intérieur du coffre.

Dernier jeu de mémoire tactile, le Mémo géo rond est composé de différentes pièces en bois brut, mais douces et agréables à toucher. Les jeux sont simples et variés : retrouver les paires, trouver l’intrus, décrire les formes, etc.

Les jeux de mémoire gustative

Pour ce jeu appelé « Goûte que goûte », aucun matériel n’est nécessaire. Tous les participants ont les yeux bandés et l’objectif est très simple : deviner ce que vous dégustez. Il est intéressant de varier les textures et les saveurs en choisissant, par exemple, des aliments sucrés tels que le miel ou le chocolat, puis des aliments salés comme le fromage ou une olive, amers comme le café ou l’endive et enfin acides comme le citron et la framboise.

Les tests de mémoire, quels sont-ils ?

Sachez qu’il arrive à tout le monde d’avoir des oublis ou des petites pertes de mémoire et cela peut être expliqué par plusieurs facteurs comme la fatigue, le stress ou encore pour une raison d’ordre émotionnel.

Si la plupart des personnes ne vont pas forcément s’inquiéter et vont plutôt se contenter de faire un peu de gymnastique cérébrale, certaines personnes ont recours à des tests de mémoire pour tester et entraîner leurs facultés cognitives.

Dans cet article, nous allons vous expliquer pourquoi ces tests sont utiles et en quoi ils consistent.

Pourquoi avoir recours aux tests de mémoire ?

Il y a un très grand nombre de tests de mémoire différents comme les tests de dépistage de certaines maladies, qui s’effectuent auprès des médecins et des psychologues, et les tests psychotechniques, qui comportent des exercices de mémoire. Mais il y a aussi des tests pour évaluer ses capacités personnelles, à faire chez soi, ou encore des tests en ligne, mais pas toujours très fiables, pour les plus curieux. Mais tous ces examens, aussi variés soient-ils, ont un objectif commun : celui de vérifier si votre mémoire est toujours vive, efficace et en bon état.

En effet, dès l’âge de 30 ans, ce sont des milliers de neurones qui disparaissent tous les jours. L’entraînement et la stimulation par des tests et autres activités cérébrales permettent de pallier à ce manque. Les tests permettent donc de connaître vos aptitudes et vos capacités cognitives ainsi que d’identifier vos compétences et vos réactions psychologiques.

Quels tests et en quoi consistent-ils ?

Tous les tests de mémoire se présentent sous la forme de plusieurs épreuves ou exercices faisant appel aux capacités visuelles, auditives, numériques, etc. Celles-ci sont généralement chronométrées et le but est que le candidat passe les différents niveaux de difficulté.

Les tests de mémoire visuelle

La majorité de ce type de tests a le même objectif, à savoir que le candidat se souvienne d’un maximum d’éléments, comme des chiffres, images ou formes géométriques, qui lui sont présentés pendant une durée limitée. Et qu’il puisse ensuite les restituer.

Un autre genre d’exercices peut aussi être présenté au candidat. Au cours de ceux-ci, il doit analyser et enregistrer le maximum de détails présents dans un groupe d’une dizaine d’images qui lui sont montrées pendant environ deux minutes. Ensuite, il doit répondre à une liste de questions en rapport avec ce qu’il vient de voir, par exemple, combien d’animaux étaient présents dans les images ou de quelle couleur était la voiture, etc.

Les tests de mémoire numérique

Un premier exercice, généralement fait à l’oral, consiste à répéter une liste de numéros dans l’ordre dicté. Si le candidat ne fait aucune erreur, la liste peut s’allonger jusqu’à atteindre dix numéros puis s’allonger encore pour être composée de deux listes consécutives.

Dans un second temps, le candidat qui n’a pas fait d’erreurs dans la première phase, va devoir répéter une liste de numéros, mais cette fois-ci à l’envers. En suivant le même procédé, la liste va s’allonger, puis former deux listes consécutives.

À l’écrit, une liste d’une vingtaine de numéros sans aucune suite logique peut être présentée au candidat pendant une durée de 2 à 3 minutes, puis les numéros disparaîtront et il devra les restituer dans le bon ordre.

Les tests de mémoire verbale

De nombreux exercices existent aussi pour cette catégorie de tests. Parmi les plus populaires, on en retrouve deux. Le premier consiste à présenter au candidat un texte court pendant 2 à 3 minutes.

Un second texte lui sera ensuite présenté, identique ou presque, car dans celui-là, certains mots auront étés effacés. L’objectif est donc de remplir les trous par les mots correspondants. Le second exercice, plus complet cette fois-ci, est composé de plusieurs étapes :

  1. Dans la première étape, une liste de 15 mots sera présentée au candidat pendant une durée limitée. La liste disparaîtra et il devra la restituer dans un ordre libre. Ensuite une deuxième liste de 15 mots, tous différents des premiers, lui sera présentée. En suivant le même principe, il devra les restituer dans l’ordre de son choix.
  2. Ensuite, au cours de la deuxième étape, le candidat devra se souvenir des mots de la première liste et les restituer.
  3. Enfin, la troisième étape consiste une fois de plus à restituer les mots de la première liste, mais après 30 minutes de pause.

Quels sont les compléments alimentaires qui aident la mémoire ?

Tout comme un athlète construit et maintient en forme son corps et ses muscles par un entraînement assidu et une bonne alimentation, la bonne santé de notre cerveau ne s’arrête pas aux stimulations par les jeux, la lecture ou la méditation.

Ces activités cérébrales s’accompagnent de ce que nous mettons dans notre estomac, d’aliments sains, variés et de compléments alimentaires qui permettent de maintenir la matière grise en forme.

Dans cet article on vous dit tout sur ces superaliments qui permettent de booster la mémoire et renforcer la concentration.

Pourquoi utiliser des compléments alimentaires pour nourrir son cerveau ?

Qu’ils soient plus ou moins importants, les troubles de la mémoire peuvent s’expliquer de différentes manières : stress, surmenage, fatigue, effets secondaires de médicaments, etc.

Mais, quelle que soit l’origine, pour que votre cerveau fonctionne de manière optimale, il a besoin d’être entraîné, hydraté et surtout bien nourrit. Il est donc nécessaire de lui fournir l’apport nutritionnel dont il a besoin.

Cependant, tous les éléments essentiels ne sont pas forcément présents en quantité suffisante dans notre alimentation quotidienne, aussi saine et variée soit-elle.

C’est pourquoi les compléments alimentaires viennent s’y ajouter, car ils contiennent tous les principes actifs nécessaires qui vont permettre de palier à une éventuelle carence et garantir un bon fonctionnement cérébral et une mémoire à toute épreuve.

Les 5 meilleurs compléments alimentaires

1/ Le ginseng

C’est une plante qui est considérée comme médicinale et qui est fortement appréciée en Asie, car elle contribue à une bonne santé, mais aussi au bon fonctionnement du corps ainsi qu’au bien-être général de celui-ci. Le ginseng agit très bien contre la fatigue et le stress, deux facteurs qui altèrent les capacités mentales et cérébrales. Il est riche en nutriments et en principes actifs tels que le magnésium, le fer, les acides aminés, le calcium, et il contient aussi une quantité élevée de vitamines B, E et C qui augmentent la mémoire.

Il est conseillé de faire une cure de 4 à 12 semaines de compléments alimentaires sous forme de gélules à base de ginseng ou de le consommer en décoction, en faisant bouillir la racine de la plante dans de l’eau pendant environ 10 minutes.

2/ Le ginkgo biloba

Ce complément alimentaire naturel provient de l’arbre qui porte le même nom. Il se trouve généralement sous forme d’extrait de feuilles, les plus recommandées étant le EGb761 et le Li 1370. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît le ginkgo biloba pour le traitement des troubles cérébraux légers, comme les pertes de mémoire ou les troubles modérés de la concentration.

Son principe actif favorise l’irrigation du cerveau, favorisant ainsi son oxygénation et son bon fonctionnement, ce qui va aider à la mémoire et à la concentration.

Un complément alimentaire à base de ginkgo biloba doit être pris durant au moins deux mois, car ses effets peuvent être lents à se faire sentir.

3/ Le thé vert

Le thé vert contient un acide aminé appelé « théanine » qui aide à fabriquer l’acétylcholine, impliqué lui-même dans le bon fonctionnement de la mémoire. De plus, le thé vert est riche en antioxydants et en stimulants qui préservent les neurones et protègent le cerveau du vieillissement en lui permettant de rester concentré et actif.

Il est conseillé de faire une cure de compléments alimentaires à base de thé vert pour une durée de 1 à 2 mois avec une prise de préférence le matin, car la théine qu’il contient peut-être source d’insomnie. Il peut aussi être consommé en infusion à raison de 5 tasses par jours environ.

4/ La sauge

Largement utilisée comme aliment et comme médicament, la sauge est une plante neuro-protectrice qui permet de lutter contre la perte de mémoire et de concentration. Elle protège également le cerveau du vieillissement prématuré. En effet, elle est riche en antioxydants, en huiles essentielles et en vitamine K.

Elle peut être consommée de différentes manières, et notamment en complément alimentaire sous forme de capsule, en tenant bien compte des posologies indiquées par le fabricant. Cette forme est totalement déconseillée aux femmes enceintes et aux personnes épileptiques. Sinon, il est possible d’en consommer sous forme d’huile essentielle, en prenant alors soin de consulter au préalable un aromathérapeute.

5/ Le lin

Riche en oméga-3, c’est une plante qui va permettre de nourrir le cerveau et favoriser la circulation cérébrale. Le lin va permettre au cerveau de lutter contre le vieillissement prématuré, de prévenir les troubles de la mémoire et de la concentration, ainsi que les maladies neurodégénératives et la démence.

Un complément alimentaire à base de lin peut être pris sur le long terme, mais il est vivement recommandé de consulter son médecin avant de commencer une cure. En effet, le lin fluidifie le sang et ne convient donc pas aux personnes souffrant de maladies cardiovasculaires.

Comment prévenir au maximum la maladie d’Alzheimer ?

Aujourd’hui en France, ce sont près d’un million de personnes âgées de plus de 65 ans qui sont atteintes par la maladie d’Alzheimer. Et si malheureusement il n’existe toujours pas de moyen réellement efficace pour guérir la maladie, de nombreuses mesures naturelles permettent cependant d’éviter, de retarder ou de prévenir celle-ci.

Nous vous avons donc préparé une liste de ces principales mesures qui pourraient aider à retarder la maladie, après un petit rappel sur la maladie.

La maladie Alzheimer, qu’est-ce que c’est ?

La maladie d’Alzheimer est une maladie dite dégénérative, ce qui signifie que les facultés cognitives et la mémoire déclinent de manière progressive, avec le temps. Ce sont les cellules présentent dans la partie du cerveau dirigeant le langage et la mémoire qui vont petit à petit se détruire. Au début, c’est surtout la mémoire à court terme qui est touchée, puis la personne atteinte ne parviendra plus, après un certain temps, à reconnaître les lieux où elle se trouve, les personnes qui l’entourent, ou à se souvenir de la signification des mots.

Quels sont les principaux symptômes ?

Parmi les principaux symptômes de la maladie d’Alzheimer, on retrouve les suivants :

  • Une altération dans un premier temps de la mémoire à court terme qui engendre, par exemple, l’oubli du nom des personnes rencontrées récemment, l’heure et la date, les évènements des jours précédents, etc.
  • Des difficultés à accomplir des gestes de la vie quotidienne, comme prendre ses médicaments à heures fixes, fermer les portes à clé, fermer l’eau et le gaz ou éteindre la lumière, retrouver des objets, etc.
  • Des difficultés à s’exprimer en ne trouvant pas ses mots, en ayant un discours incompréhensible ou incohérent, ou encore en utilisant des mots inappropriés ou inventés. Ainsi que les difficultés à suivre une conversation ou à ordonner ses idées et ses pensées.
  • Une perte de l’orientation, que ce soit dans l’espace ou dans le temps, avec l’oubli des jours de la semaine, des mois ou des saisons, des dates d’anniversaire et l’incapacité de s’orienter et de retrouver son chemin.
  • Un changement de personnalité, de comportement ou d’humeur avec des tendances agressives ou délirantes.

Quelques mesures pour prévenir la maladie ?

La prévention cardiovasculaire

Les différents facteurs cardiovasculaires constituent un risque réel de démence chez les personnes âgées. Il est donc très important de se faire suivre régulièrement par son médecin traitant, de pratiquer des bilans sanguins, ainsi que de contrôler sa tension afin de prévenir et de dépister le plus rapidement possible des facteurs de risques tels que le cholestérol, le diabète ou l’hypertension.

L’alimentation

De nombreuses études ont démontré que l’hygiène alimentaire joue un rôle important dans la prévention de la maladie et qu’une alimentation pauvre en oméga-3 favorise les risques de démence et plus particulièrement de la maladie d’Alzheimer. Le régime méditerranéen, riche en fruits et légumes, en céréales et en fruits secs, ainsi qu’en poisson et en huile d’olive, par exemple, est extrêmement bénéfique et participe à réduire le déclin des facultés mentales.

D’autres études ont également montré que des personnes qui consommaient un grand nombre de calories au quotidien et qui présentaient en plus une prédisposition génétique étaient plus sujettes à la maladie d’Alzheimer que celles qui en absorbaient moins.

Enfin, limiter sa consommation de viande rouge ou, le cas échéant, privilégier des produits issus de l’agriculture biologique et non de l’élevage industriel peut aussi aider.

L’activité physique

Largement démontré par des études scientifiques, la pratique régulière d’une activité sportive tout au long de sa vie favorise la formation des neurones et prévient le déclin cognitif. Si le sport intensif n’est pas adapté à vous, des activités comme le yoga, la natation, la marche à pied ou même une activité comme le jardinage ralentissent ou préviennent également le risque d’Alzheimer.

La stimulation cérébrale

Garder l’esprit éveillé et actif tout au long de sa vie pourrait permettre de favoriser la croissance et le maintien des neurones, ce qui permettrait de retarder la maladie d’Alzheimer ou toute autre forme de démence. Ainsi, apprendre, lire, jouer aux jeux de société ou la pratique de toute autre activité stimulante est bénéfique.

Maintenir une vie sociale active

Participer à des activités en famille ou entre amis, s’inscrire à des clubs ou à des associations et toutes sortes d’endroits où créer des liens sociaux permet de stimuler le développement des neurones, de s’entretenir et d’entretenir son cerveau. Il est important de garder un cercle de relations sociales, de se faire plaisir et de rire au quotidien.

Comment améliorer sa mémoire ?

Les trous de mémoires, les « petits oublis », les personnes qui nous saluent et dont nous sommes incapables de nous souvenir du nom, la perte quotidienne des lunettes ou ces clés qui « disparaissent » tout le temps… Nous avons tous déjà été confrontés à ces petites pertes de mémoire, sans gravité majeure, mais qui nous mettent parfois dans un sacré embarras ou dans des situations délicates en public. Mais si vous faites partie des personnes à qui cela arrive de manière fréquente, avant de penser que vous êtes en train de perdre la tête ou de vous faire brancher des électrodes sur le crâne, essayez ces petits trucs et conseils que nous vous avons préparés pour améliorer votre mémoire et stimuler vos méninges !

La mémoire, comment ça marche ?

Avant de penser à booster sa mémoire, il est important de savoir et de comprendre comment elle fonctionne. En effet, c’est une des fonctions les plus importantes de notre cerveau et c’est en partie grâce à elle que nous pouvons gérer notre vie quotidienne avec efficacité.

De manière simplifiée, c’est elle qui nous permet de capter et d’analyser, puis de stocker et d’emmagasiner tout un tas d’informations que nous percevons dans notre quotidien, afin de les restituer par la suite. Parfois, cette restitution ne se fait pas lorsque nous en avons réellement besoin, ce qui provoque le fameux trou de mémoire ou trou noir. Les facteurs qui expliquent ce phénomène peuvent être divers, et on peut notamment citer le stress, le manque de sommeil, ou encore la fatigue, bien qu’il soit prouvé que la majorité du temps, ils sont influencés par nos sentiments et nos émotions.

Mais en réalité, il serait plus correct de parler des mémoires, car on peut en distinguer trois différentes, chacune ayant son propre rôle et sa propre manière de fonctionner :

  • La mémoire sensorielle qui est extrêmement brève et limitée dans le temps, car elle dure en général le temps que l’organe sensoriel en question soit stimulé. Les stimulations peuvent être visuelles, auditives, olfactives ou encore tactiles.
  • La mémoire à court terme, qui est aussi appelée mémoire de travail. C’est elle que nous sollicitons en permanence, toute la journée. Elle nous permet de retenir jusqu’à sept éléments pour une durée moyenne de 10 secondes.
  • La mémoire à long terme qui, à la différence des deux précédentes, ne va pas effacer rapidement l’information, mais la stocker pour une durée longue voire pour toute la vie. C’est elle qui est chargée de nos souvenirs, de notre savoir et de notre histoire.

Les astuces pour améliorer sa mémoire

Jouer pour stimuler

La belote, le scrabble, les échecs, le bridge, les dames et tous les autres jeux qui nécessitent de la concentration, de la logique et de la stratégie sont parfaits pour stimuler la mémoire. Dans le cas où vous n’êtes pas accompagné ou que vous n’avez pas envie de partager vos jeux avec quelqu’un d’autre, vous pouvez toujours opter pour les mots croisés ou fléchés, le sudoku, etc.

Bien dormir pour bien enregistrer

Ne faites surtout pas l’impasse sur une bonne nuit de sommeil réparateur, à savoir au moins 7 heures de sommeil par nuit. En effet, c’est au moment des phases de sommeil paradoxal que nos petits neurones vont effectuer leur travail d’organisation et de classification des informations reçues tout au long de la journée.

Bien manger pour bien alimenter son cerveau

L’alimentation est un facteur clé d’une bonne mémoire. Un apport sain, équilibré et varié donne à votre cerveau tous les éléments nutritifs dont il a besoin pour fonctionner correctement. Et certains aliments sont plus importants que d’autres, notamment ceux riches en oméga-3, comme les œufs, les poissons gras tels que le saumon ou le maquereau, les fruits à coques, les œufs de poissons, etc.

Méditer pour se connecter

La méditation, à condition qu’elle soit pratiquée de manière régulière et assidue, est un excellent moyen pour réduire les problèmes de concentration et pour favoriser la mémoire.

Elle aide à se détendre, à se recentrer sur soi-même et à évacuer le stress et la négativité du quotidien.

Lire à volonté

La lecture est certainement la meilleure activité cérébrale qui soit. Lire permet d’entretenir ses performances, de stimuler ses neurones et de mettre en action son imagination. Dans l’idéal, optez pour des bouquins d’histoires, des livres biographiques, des témoignages ou tout ce qui peut vous faire travailler tout en lisant et peut-être aussi raviver quelques souvenirs.

Apprendre des choses oui… mais des choses utiles !

Il n’est pas obligatoire d’apprendre tout et n’importe quoi sous prétexte que vous voulez améliorer à tout prix votre mémoire. Essayer de commencer par des choses simples comme la liste des courses avant d’aller au marché, les numéros de téléphone les plus importants comme ceux de vos proches ou de vos enfants, votre numéro de carte bancaire, de passeport ou encore de sécurité sociale. Privilégiez tout ce qui peut être utile au quotidien avant le reste.